LES FELDGENDARMES
Surnom : KETTENHUND

Dans toutes les guerres contemporaines, et c'est encore plus vrai au jour d'aujourd'hui, lorsque des unités militaires se déplacent dans un pays : que ce soit le leur ou ceux conquis ou en voie de l'être, il est des unités dont la présence est absolument nécessaire.

L'armée allemande n'y déroge pas. Lors de l'avancée de ses colonnes blindées et mécanisées dans les pays conquis, il est nécessaire que ses troupes soient guidées, surveillées, cette tâche est dévolue à une petite unité au rôle important : la Feldgendarmerie

HISTOIRE :
Les origines de la police militaire dans les forces armées allemandes viennent du 16° Siècle, lors de la création du Feldjägerkorps zu Pferd (bientôt renommé Reitendes-Feldjägerkorps) par Friedrich II en 1740. Les obligations des membres du Reitendes-Feldjägerkorps étaient : contrôler la circulation, porter des messages importants, et protéger les membres de la famille royale. Ce corps a servi lors des deux guerres napoléoniennes.
Au commencement de la 1° Guerre mondiale, l'armée allemande avait 33 Kompanien de Feldgendarmerie, constituées d'approximativement de 60 hommes et sous-officiers chacune. Avant que la guerre ne soit terminée, il y avait 115 unités, qui furent toutes dissoutes à la fin de cette première guerre mondiale.
Au sein de l'armée allemande du Troisième Reich, la "Feldgendarmerie" est une organisation militaire ayant reçu une instruction militaire et aux pouvoirs de police étendus. Ces unités de police militaires sont employées au sein des Divisionen de l'armée et les plus hautes formations d'état major, elles sont sous tutelle du haut commandement pour certaines. Elles travaillent en coopération proche avec la Police Secrète ("Geheime Feldpolizei") et avec les commandants de district militaires.
L'organisation de la Feldgendarmerie débute au Haut Commandement Allemand "O.K.H" (Oberkommando Des Heeres). C'est un officier Feldgendarme au rang de Généralmajor qui domine la juridiction des unités de Feldgendarmerie dans la Wehrmacht. Ses subalternes immédiats sont des officiers du personnel dans chaque Oberkommando Armée (A.O.K.), ils sont responsables d'un ou plusieurs bataillons de Feldgendarmerie. L'officier est responsable du maintien de l'ordre et de la discipline dans ses troupes, il contrôle la circulation pendant les mouvements de la troupe à grande échelle et maintient les itinéraires de circulation.
Au dessous de ces Btons, on trouve les Truppen, ces unités sont en théorie dans chaque division du Heer et de la Waffen-SS, leur description est faite dans la page K.St.N.

Missions sur le territoire allemand :
Contrôle de la circulation.
Maintien de l'ordre et de la discipline.
Vérification des papiers des soldats en permission et en transit.
Appréhender les déserteurs.
Prévention lors de la distribution de tracts de propagande par air de l'ennemi.
Contrôle des évacués et des réfugiés pendant les retraites.
Contrôle frontalier et chasse aux partisans.
Ils ont autorité pour traverser les routes fermées, les points de passage gardés et peuvent réquisitionner à tout moment l'assistance de toute autre armée ou personnel civil afin de mener leurs opérations. A grade égal, et quelque soit le corps d'appartenance de l'homme contrôlé le Feldgendarme a autorité sur lui.

Missions dans les régions occupées :
Contrôle de la circulation.
Maintien de l'ordre et de la discipline.
Mise en place de la signalisation.
Contrôle des ports et aérodromes.
Contrôle administratif des étrangers et maladies du bétail.
Contrôle de la chasse, pêche, agriculture et des forêts.
Désarmer, chercher, rassembler et escorter les prisonniers et traînards.
Surveillance de la population civile dans les régions occupées.
Patrouiller dans les régions occupées.
S'assurer que les armes civiles ont été récupérées, rassembler les armes abandonnées par les ennemis.

Quand leur division "mère" progresse, la "Feldgendarmerie" suit ses troupes de combat attentivement et :
Fonctionne comme dans sa ville de garnison, elle se spécialise d'ailleurs dans la chasse aux déserteurs...

A partir de l'époque où l'armée Allemande commence à reculer et que les déserteurs se font plus nombreux, les unités de Feldgendarmes mirent les "bouchées doubles" et la chasse au déserteur quelque ce soit son grade battie son plein. Les Feldgendarmes ne faisaient pas dans la dentelle d'ou leur surnom de Kettenhund : chien enchainé (référence à leur hargne à ne pas lacher prise et la chaine faisant référence à leur hausse de col).

Il fut mis en place des tribunaux itinérants, et de nouvelles unités furent créées en 1944 : le Feldjäger-Korps, ces hommes triés sur le volet, firent la chasse aux soldats et officiers de tous rangs, ces tribunaux scellèrent le sort (expéditif le plus souvent) de nombreux soldats et officiers, malheur au soldat qui lors d'une retraite perdait son unité et s'égarait totalement. Même les Feldgendarmes (pourtant des durs) devaient coopérer sans discuter. Le surnom donné par la troupe à ces chasseurs : Heldenklau = rafleurs de héros en argot Berlinois, ce qui veut tout dire sur leur notoriété...

À la fin de la guerre, de nombreux Feldgendarmes ont été récupérés par les Alliés, afin de leur donner la garde des camps de prisonniers allemands. Exemple : le 8° Corps britanniques basé à Schleswig-Holstein reforma une grande unité (niveau Kie.?) de Feldgendarmerie afin de maintenir la discipline dans le centre de démobilisation de Meldorf. Ce Feldgendarmerie-Regiment ne comprenait que des volontaires qui portaient un brassard portant la mention "Wehrmachtordnungstruppe" (Troupe d'Ordre des Forces Armée) et au-dessous était inscrit "Police Militaire". Ils étaient armés et payés pour leurs services sous forme de rations alimentaires conséquentes.

LA TENUE :
Couleur de Waffenfarbe : Orange
Caractéristiques principales des insignes et emblèmes portés :
Sur le bas de la manche gauche : bande bras FELDGENDARMERIE sur le bras gauche un écusson brodé symbolisant l'emblème de la police de couleur orange pour la troupe et grise pour les officiers, la croix gammée est toujours noire dans cet insigne. Enfin le signe le plus caractéristique : la hausse de col (Ringkragen) portant l'inscription FELDGENDARMERIE et soutenue par des maillons métalliques, particularité de cette plaque l'aigle allemand, la mention et les deux gros points sont fluorescents la nuit.


Belle vareuse complète d'un Feldgendarme Feldwebel
Photo Lsahhq (Californie)


Bande de bras

Ecusson 1° type
Avec le nom de la ville
Ecusson 2° type découpé
Ecusson type Officier
- Copie -


Hausse de col - Ringkragen
Feldjäger - Feldgendarme

Escorte de prisonniers en moto 350 cm3
pas de bande de bras et d'écusson
Le Feldgendarme typique !
Contrôle de routine en Allemagne
capote avec bande de bras

Voiture avec plaque Feldgendarmie
et son personnel


Un Feldjäger
A NOTER : la bande de bras...

LA WAFFEN-SS :
Les Feldgendarmes de la Waffen-SS eurent une réputation pire que leurs homologues du Heer ! Leur surnom : Kopfjäger = chasseur de tête - La différence vestimentaire est surtout visible sur la bande bras de couleur noire portant la mention S.S FELDGENDARMERIE, bande adoptée le 01/08/1942 qui remplaca la bande de bras portée jusqu'à cette date et identique à celle du Heer. Sans compter bien entendu les attributs propres à la Waffen-SS... On trouve régulièrement des Feldgendarmes SS portant la bande de bras S.S Feldgendarmerie et la bande de bras propre à leur unité d'appartenance.

Retour K.st.n