Hermann VON OPPELN-BRONIKOWSKI
02/01/1899 - 18/09/1966

Hermann von Oppeln-Bronikowski entre le 01 avril 1912 comme cadet à l'école militaire de Berlin Lichterfelde. Ainsi ce jeune aristocrate suit la carrière de son père qui commande le 4° Régiment de la Garde en temps qu'Oberst et qui finira general der infanterie dans la Reichwehr.

Le 23 mars 1917 il est Leutnant dans le Uhlanen-Regiment "Prinz August von Württemberg" 10. Le 19 décembre 1917 Hermann von Oppeln-Bronikowski prend le grade de Leutnant et est muté sur sa demande au 118.Inf.Rgt. "Prinz Carl" sur le front ouest. Il y gagne les deux croix de fer en étant avec ses unités de choc, à la fin 1918 il est de nouveau au Uhlanen Rgt." Prinz August von Wurtemberg" 10 lequel est stationné en Estonie. Le 17 décembre 1918 Hermann von Oppeln-Bronikowski avec son Régiment revient dans sa garnison à Züllichau. Au début de 1919, il lutte avec d'autres volontaires contre les insurgés polonais.

En automne 1919 son Régiment devient une partie du Reiter-Rgt.10 de la Reichswehr. Hermann von Oppeln-Bronikowski y est engagé en 1920 officiellement. En 1923 il est détaché à l'école d'infanterie d'Ohrdruf à Thuringe, puis en 1925 comme professeur d’équitation à Hanovre il est alors Oberleutnant. En 1931, il se marie avec Edelgard von Kleist. En 1933, il rejoint de nouveau le Reiter-Rgt.10. Von Oppeln-Bronikowski participe à de nombreux meetings d'équitation nationaux et internationaux, le couronnement est sûrement en 1936, lors de jeux olympiques de Berlin, où il gagne une médaille d'or.

Le 18 octobre 1937, il prend le commandant de la Radfahrabteilung de son Régiment, après que celui-ci soit divisé en plusieurs groupes de reconnaissance, Hermann von Oppeln-Bronikowski devient commandant de l'Aufklärungs-Abteilung.24, c'est avec cette unité qu'il combat en Pologne et qu'il y gagne les deux agrafes à sa croix de fer. Il est muté le 01/04/1940 à l'Oberkommando des Heeres zum Stab "Generals der schnellen Truppen" (Etat Major des troupes rapides), il est chargé de transformer les Kavallerie Div. existantes en Panzer-Divisionen. Le 01/08/1940 il prend le grade d'Oberstleuntant.

Après qu'il ait "raté" la campagne de France, les Balkans ainsi que la première phase de l'opération Barbarossa, il est muté le 01 octobre 1941 à la Panzer-Brigade.5. Mi-janvier 1942, il est nommé Kommandeur du Panzer-Régiment.35 (4.Pz.Div.), le 01 février 1941 il est Oberst. Le 16 octobre 1942 il prend le commandement du Pz.Régiment.204 (nota : à son arrivée au Regiment, il est confronter à un problème surprenant : la moitié de ses Panzer sont inaptes au combat. La raison est très simple : des quantités énormes de souris et rats s'étaient accumulées dans la paille utilisée pour camoufler les panzer, ces animaux rongeaient les câbles synthétiques avec avidité, ainsi de nombreux moteurs ne fonctionnaient plus et les appareillages électriques également !). En août 1942, le Pz.Rgt.204 roule à la tête du XVI.Pz.Korps et attaque les positions russes à Kalatsch dans le Donbogen - le but final étant Stalingrad. Le 25 novembre 1942, Hermann von Oppeln-Bronikowski est blessé pour la première fois. Lors des durs combats de l'hiver 1942/43, son Regiment atteint le score de plus de 400 chars ennemis détruits, et combat notamment à Shisdra et autour de Brjansk. Ce qu'il lui vaut de recevoir le 01 janvier 1943 le Ritterkreuz.
Hermann von Oppeln-Bronikowski est muté le 17 février 1943 à la 6.Panzer-Division et il prend le commandant du Pz.Rgt.11. Avec ce Regiment, il participe durant l'été 1943 à la bataille de Koursk, il lutte avec succès à Rschawetz, Prochorowka et Obojan. Mais est également sérieusement blessé par la Luftwaffe ! Il y gagne le 7 août 1943 la croix Allemande Or (remise à l'hôpital).

En octobre 1943, cet excellent officier prend le commandement du Pz.Rgt.100 qui sera débaptisé au printemps 1944 et deviendra le Pz.Rgt.22 de la 21.Pz.Div. Suite au débarquement des troupes alliées en Normandie, son régiment est immédiatement mis en alerte et envoyé en direction de Luc-sur-Mer. Malgré des succès locaux, le Rgt. disparait peu à peu dans la tourmente, il sera récompensé par les feuilles de chêne à son Ritterkreuz le 28 juillet 1944. Il combattra sans cesse pendant la retraite de ses troupes.
A partir du 26 septembre 1944, il prend des cours en temps que chef de division et le 22 octobre 1944 il prend le commandement de la 20.Pz.Division. Le 30 janvier 1945 il est Generalmajor. En février 1945, sa Division est dans le secteur Ratibor / Gleiwitz, et durant le printemps 1945 elle intervient en Hongrie dans de lourdes batailles défensives, notamment en Silésie à l'ouest de Breslau. Il gagne les épées à sa Ritterkreuz. Après les derniers combats en Basse Silésie et dans la région urbaine de Dresde, Oppeln-Bronikowski dissout les restes de sa Division le 8 mai 1945.

Après une courte captivité chez les Américains, il est livré aux Britanniques qui veulent l'accuser de crime de guerre durant la bataille de Caen, il est rapidement innocenté. Le 4 juillet 1947 il est libéré.
Bien après guerre, il collabora avec ses anciens adversaires et il devient le chef de l'équipe d'équitation canadienne (lors les jeux Olympiques à Tokyo). Puis comme expert civil auprès de la Bundeswehr, il participe à la reconstruction des forces armées allemandes.

Il meurt le 18.09.1966 à Gaißach

Décorations reçues :
Eiserne Kreuz 1 et 2.Kl.
Hessische Tapferkeitsmedaille
Panzerkampfabzeichen en argent
Spange 2 et 1.Kl.
Nommé dans le Wehrmachtsbericht
Deutsche Kreuz in Gold.
Verwundetenabzeichen in Schwartz
Ritterkreuz - Eichenlaube - Schwerten

Vers portraits
Vers Portraits