Les plaques d'identité Allemandes
des Panzertruppen
- Erkennungsmarken -

S'il est une pièce ou document qui puisse matérialiser un combattant, c'est bien sa plaque d'identité ! L'armée allemande ne déroge pas à la règle...

La plaque d'identité au sein de l'armée allemande fait son apparition dès la première guerre mondiale. C'est sur les bases de la plaque d'identité créée en 1916 (elle existe bien avant...) que le système est repris par la Reichswehr puis par les Wehrmacht. Les plaques qui nous intéressent dans cette courte page sont d'un type unique.

Description : la plaque est faite en zinc ou aluminium et mesure 70 mm sur 50 mm. Elle est de forme ovale et partagée en deux sur sa moitié par trois fentes d'une longueur de 15 mm (Il existe évidemment des variations de dimensions, cela se joue le plus souvent en quelques millimètres...). Un côté de la plaque est percé de deux trous (diamètre 4 mm), l'autre côté ne possède qu'un seul trou au milieu. Les fentes faites dans la plaque sont là pour faciliter la séparation des deux moitiés en cas de décès de son porteur, une reste sur lui et l'autre part à la Division.
Le port : l règlement impose au soldat le port de cette plaque, elle est pendante au cou du soldat et tenue par un lacet de couleur Feldgrau (Heer) de différentes teintes et mesurant 80 cm environ. En août 1942, un nouveau règlement demande à ce que les soldats des troupes blindées soient équipés d'une plaque munie d'une chaînette à la place du cordon, cette disposition n'a pas été mise en application...
Le port de la plaque d'identité au cou et par son lacet est relativement respecté, sur les nombreuses photos de membres des Panzertruppen, on voit ses plaques portées réglementairement mais il y a toujours des exceptions...bien entendu !

Attribution : Cette plaque est faite au moment de l'incorporation du soldat dans son unité initiale, elle restera jusqu'à la fin (décès, démobilisation, ...) marquée à cette unité. Même en cas de mutation, le soldat garde le marquage de son unité d'origine.
Le marquage des plaques : les différents marquages sont effectués à base de numéros, chiffres et abréviations, ces divers marquages sont frappés avec des poinçons sur un seul côté de la plaque (en pratique, on peut trouver des marquages au dos, quand la place manque notamment sur les plaques de la Waffen-SS) et sont reproduits sur les deux demi-moitié à l'identique, ils ont une hauteur variant entre 3 et 5 mm.

Un double de ces marquages est envoyé à un service centralisateur (Whermachtauskverzeichchnisse für Kriegerverluste und Krieggefangene) qui répertorie toutes les plaques et à chaque fois qu'un soldat décède ou est muté, les fichiers de cet organisme sont mis à jour, aucun moyen de perdre de vue le soldat, sauf s'il est déclaré disparu évidemment...

Numérotation : Donc dès son incorporation, le soldat se voit attribué un numéro de matricule, ce numéro est frappé sur la plaque et reporté également sur la première page de son Soldbuch (livre de paie). Ce numéro est frappé sur les deux demi-moitié, il n'y a d'emplacement propre. Ils peuvent être frappés sur les extérieurs (près des trous du passage de lacet), vers l'intérieur (près des fentes de cassures), en opposés (un à l'extérieur, l'autre vers les fentes). Puis nous trouvons l'identité de sa première unité et là c'est la partie la plus ardue ! Car ces unités ne sont jamais marquées en intégral ..., toujours en abrégé comme sur les Soldbuch et Wherpass d'ailleurs.

Le marquage de l'unité sur la plaque est l'unité d'active du soldat lors de l'entrée en guerre de l'Allemagne (par exemple : 2./Pz.Abt.14 = 2° Kompanie de la Panzer-Abteilung 14). Après l'entrée en guerre de l'Allemagne, ce n'est plus l'unité initiale mais les unités de remplacement (Ersatztruppen) ou d'instruction (Ausbildungstruppen) qui sont marquées (voir les deux en même temps), on trouvera alors le marquage suivant pour un soldat enrôlé après la déclaration de guerre : 2./Ausb.Pz.Abt.14 ou 2./A.u.E.Pz.Abt.14. Simple non ? ;)

Je ne donne que quelques abréviations dédiées aux troupes blindées. Il faut se rappeler également que les appellations des unités ont changé au cours du conflit, par exemple les Schüzten-Rgt. disparaissent au profit des Pz.Gren.Rgt.

Vous savez également que chez les Allemands : le chiffre II./ indique la II.Abteilung et que le chiffre 2./ indique la 2.Kie., ne pas oublier non plus que le point ponctue toutes les abréviations.

Unités subalternes :
Gren. : Grenadier
Rgt. ou R : Regiment
Batl. ou Btl : Bataillon
Abt. : Abteilung
Aus.u.Ers. - A.u.E. - E.u.A. - Ers.u.Aus. : Ersatz und Ausbildung Abteilung ou inversement
Komp. ou Kp. : Kompanie
Batt. ou Battr. : Batterie
(mot.) ou (m): motorisiert
Schw. : Schwadron (Cavalerie - équivalent d'un Bataillon d'infanterie)
St.: Stab (Etat major)
Stamm : Dépot
Unités panzer :
Pz. : Panzer
Pz.Rgt. : Panzer Regiment
Pz.Gren.Rgt. : Panzer Grenadier Regiment
Pz.Jag. ou Pz.Jg. : Panzerjäger
Pz.Ers.Abt. : Panzer Ersatz Abteilung
Pz.E.u.A.Abt. : Panzer Ersatz und Ausbildung Abteilung
Pz.Abw.Abt. : Panzer Abwehr Abteilung (panzerjäger)
Stg. : Sturmgeschutz
Kf. : Kraftfahrer
Aufkl. : Aufklärungs

Enfin on peut trouver sur la plaque d'identité le numéro de rhésus sanguin du soldat, ce n'est pas systématique !

Les Waffen-SS :
Juste un petit mot sur ces plaques, elles sont identiques à celles du Heer, avec un ajout : soit le terme Waffen-SS est frappé sur la plaque (rare) soit les runes devant l'identité de l'unité. Ce sont évidemment les plaques les plus contrefaites de toutes ! Elles sont facilement refaites, vieillies à souhait et revendues comme authentiques... J'ai vu à Arlon un vendeur qui avait un stock impressionnant de plaques d'identité de la Waffen-SS toutes vieillies comme il fallait et elles portaient toutes l'identité de l'unité en intégrale par ex : SS-Leibstandarte Adolf Hitler. Je ne suis pas un pro de l'uniformologie mais dans les collections particulières je n'ai encore jamais vu de plaques avec de tels marquages...
Maintenant et comme l'adage l'indique : "seuls les ânes ne changent pas d'avis" je ne demande qu'à voir !

Une petite indication tout de même, les "gogos" prennent parfois de vraies plaques Heer auxquelles ils rajoutent les deux runes. La différence se voit sur la différence de force de frappe de celles-ci par rapport aux inscriptions existantes... et parfois cela "passe" de l'autre côté ! Je rappelle que la plaque prend la première unité du soldat et qu'il la garde jusqu'à la fin, donc en théorie s'il vient de la Heer = il garde sa plaque Heer

Quelques marquages :
L.A.H : Leibstandarte Adolf Hitler
D : deutschland
T : Totenkopf
W : Wiking
D.R : das Reich

LES EXEMPLES PAR L'IMAGE

Nota : je n'ai malheureusement pas de plaques à disposition donc j'ai "emprunté" certaines sur le web à titre d'exemples (c'est toujours mieux que rien !)

Je n'ai pas besoin de décrire ces plaques, avec les explications ci-dessus, vous arriverez à decrypter ces marquages.


II° Abteilung du Pz.Rgt.4

8° Kie. de la Pz.Abw.563 - Merci à Wallonie -

2° Kie. de la s.Pz.Abt.502

4° Kie. de la Fallschirm.StuG.Abt.2 "H.G"

Stamm Kie. de la Pz.Gren.E.u.A.Btl.11

1° Kie. du Pz.Rgt. "G.D"

        
Deux petites photos pour illustrer mes propos, scènes de la vie courante pour des Panzerschüzten...

Nota : Merci à Maxime pour les quelques corrections apportées à cette page, on n'est jamais de trop dans ce milieu...

J'ajoute un avis personnel, sur les amateurs de poêles à frire dans les pays de l'est notamment, une grande partie des plaques d'identité qui arrivent sur le marché ces dernières années arrivent de l'est, ou prétendument de l'est... Si je préfère effectivement voir les pièces d'uniformes dans une collection ou un musée plutôt qu'elles restent enfouies à jamais sous terre, j'aimerais que ces "chercheurs" fassent part de leurs découvertes aux organismes patentés qui dressent la liste des soldats retrouvés et déclarés disparus durant la guerre, des familles attendent toujours de savoir où est mort un oncle, un parent... Des familles m'ont d'ailleurs contacté pour d'éventuels renseignements à ce sujet...

Plus de 800.000 soldats allemands sont encore déclarés disparus plus de 60 ans après la fin de la guerre. Ils se trouvent dans les forêts de l'Allemagne de l'est, du désert africain, dans l'immensité de la Russie et dans de nombreux autres pays. Le VKSVG e. V. a été créé dans le but d'aider en soutenant la recherche des disparus.
LIEN :http://www.vermisst-gefallen.net/

Pendant de nombreuses années des soldats autrichiens sont restés en captivité et internés en Union Soviétique, ou soumis aux travaux forcés (après guerre) en Autriche. L'Institut Ludwig Boltzmann est en mesure de donner des renseignements sur les soldats qui font partie des cas suivants :
- Prisonnier de guerre autrichien en captivité sous le régime soviétique
- Les soldats autrichiens disparus durant la 2° Guerre mondiale (s'ils ont été enregistrés en captivité par les soviétiques)
- Lors de l'occupation soviétique de l'Autriche, les soldats déplacés et arrêtés.
LIEN : http://www-gewi.kfunigraz.ac.at/bik-graz/

Deutsches Rotes kreuz -DRK-
La croix rouge allemande effectue elle aussi de nombreuses recherches et contribue à l'identification et la récupération de soldats disparus.
LIEN : http://www.drk-suchdienst.org/

Retour page uniforme