LES PLAQUES DE BRAS
ou ÄRMELSCHILD
Si les médailles pendantes et autres insignes de combat ont été attribués à tous soldats ou officiers des Wehrmacht, certaines décorations ne le seront pas.
En effet en marge de ces récompenses, l'armée allemande a créé des décorations propres à certaines campagnes militaires d'importance. Il s'agit des plaques de bras, ces insignes ne sont pas pendants ni agrafés mais cousus sur le bras gauche du récipiendaire.

Ils sont métalliques et constitués de trois parties en sandwitch : l'insigne en lui même, un morceau de tissu de teinte feldgrau ou Luftwaffe (pas de tissu noir !) et d'une plaque de métal. L'insigne s'aggrafe à travers l'étoffe sur la plaque du dessous par l'intermédiaire de plusieurs griffes métalliques.
Comme les insignes de combat, la remise de ces décorations est soumise à certains critères.

Cinq plaques de bras ont été officiellement créées et portées, certaines l'ont été par des personnels des Panzertruppen. D'autres plaques furent conçues mais ne virent pas le jour ou de façon très artisanale et localisée.
Ärmelschild Narvik 1940
Ärmelschild Krim 1941-1942
Ärmelschild Demiansk 1942
Ärmelschild Cholm 1942
Ärmelschild Kuban 1943
Autres Ärmelschild

Ärmelschild Narvik 1940


Créée le 19 août 1940, cette plaque représente les trois armes ayant participé à cette campagne. L'Edelweiss pour les Gebirgsjäger (composante terrestre majeure des unités ayant combattu), l'ancre pour la Kriegsmarine et l'hélice pour la Luftwaffe. Pour obtenir cette décoration, il faut avoir participé aux opérations menées du 9 avril au 9 juin 1940.
Cet insigne peut être remis à titre posthume et envoyé à la famille.
8577 décorations furent attribuées dont 680 à titre posthume. 59 Ärmelschild Narvik ont été attribuées à des troupes terrestres autres que les Gebirgsjäger. La Panzer-Abteilung Zbv.40 ayant été employée en Norvège, il est peut être probable que des Panzerschützen aient reçu cette distinction. (Toute information sera la bienvenue à ce sujet)

Ärmelschild Cholm 1942

Créée le 01 juillet 1942. Elle récompense les soldats ayant vaillamment combattu dans le Kessel (chaudron) de Cholm du 21 janvier au 5 mai 1942. Les unités encerclées prendront le nom de "Kampfgruppe Scherer" du nom du Gen.Maj. Theodor Scherer. Entre 4000 et 5000 insignes seront attribués, très peu des récipiendaires survivront à la guerre, ce qui fait de cette décoration une pièce rare. Aucune unité des Panzertruppen n'a été encerclée dans le Kessel, donc pas de Panzerschützen l'arborant. Par contre c'est la Stu.Gesch.Abt.184 qui brise l'encerclement en soutien de la 122.Inf.Div.

Ärmelschild Krim 1941-1942


Créée le 25 juillet 1942, la Crimée est estampée dans cette plaque de bras avec les dates 1941/1942 de part et d'autre. Cette décoration récompense tous les soldats (terre-air-mer) ayant participé aux combats compris entre la date du 21 septembre 1941 et le 4 juillet 1942.
A cela s'ajoute trois clauses : avoir été engagé pendant trois mois d'affilée durant cette campagne - avoir participé à au moins un engagement majeur - avoir été blessé.
Cet insigne peut être remis à titre posthume et envoyé à la famille.
Les principaux combats se sont déroulés à : Perekop, presqu'île de Kertsch, Sebastopol, Feodosia et Parpatsch. Entre 180.000 et 250.000 exemplaires auraient été remis.
Seule la 22.Panzer-Division a combattu durant cette période en Crimée mais d'avril à mai donc pas les trois mois requis, s'y ajoute les Stu.Gesch.Abt.190, 191, 197, 249.

Ärmelschild Demiansk 1942

Créée le 25 avril 1943. Elle est estinée à récompenser les soldats ayant combattu dans le Kessel de Demiansk. Les troupes ont été encerclées du 8 février 1942 au 21 avril 1942. L'attribution se fait si le soldat a combattu durant 60 jours d'affilée, a été blessé et reçu l'insigne des blessés. Le personnel de la Luftwaffe doit pouvoir justifer de 50 vols opérationnels dans la poche ou avoir ravitailler la poche au sol 50 fois. Environ 100.000 plaques ont été distribuées, la 3.SS-Pz.Div. "Totenkopf" faisait partie des troupes encerclées.

Ärmelschild Kuban 1943

Créée le 20 septembre 1943. Elle est destinée à récompenser les défenseurs de la tête de pont de Kouban dans la péninsule de Taman à côté de la mer d'Azov. Cette tête de pont débute le 12 février 1943 et se termine le 4 septembre 1943. Le 9 octobre, le Kouban est définitivement aux mains des Russes. La plaque représent la région impliquée et la ligne de défense tenue par les troupes allemandes. Tous les personnels ayant combattu sur terre, mer et air peuvent la recevoir. Les conditions sont d'avoir combattu 60 jours d'affilée, avoir été blessé et avoir participé à un engagement majeur.
Krasnodar, Noworosijsk, Troizkoje, Abinskaja et Krymskaja étant les principaux lieux des combats les plus intenses. Environ 50.000 exemplaires ont été remis.
La 13.Pz.Div. ainsi que la Stu.Gesch.Abt.191 ont été encerclées dans cette tête de pont.

Autres Ärmelschild

Un certain nombre d'autres plaques de bras officielles et non officielles ont été conçues. Il s'agit soit de productions officielles mais n'ayant pas vu le jour à une échelle industrielle soit de fabrications très localisées.

Ärmelschild Warschau 1944

Créée officiellement le 10 décembre 1944 afin de récompenser les personnels ayant participé à l'anéantissement du soulèvement de la ville de Varsovie en Pologne du 1 août 1944 au 2 octobre 1944.
Les conditions de remise sont : avoir participé au minimun à 7 combats, avoir été blessé, avoir reçu une distinction de courage et enfin avoir séjourné durant une période d'au moins 28 jours dans la zone de combat. Pour la Luftwaffe, les personnels doivent avoir effectué au moins 10 jours de combat et menés 20 combats ou attaques.
Cette Ärmelschild ne verra jamais après le bombardement des usines fabricant cette décoration. L'exemplaire présenté est supposé représenter cette plaque.

Ärmelschild Lappland

Autre plaque créée officiellement le 1 mai 1945. Elle doit être décerné aux personnels (20.Gebirgs-Armee) ayant combattu dans la région de la Lappland (Laponie) à compter du 27 octobre 1944. Elle ne fut jamais produite dans les usines du Reich mais localement. On peut trouver de très nombreuses variantes car il n'y a pas de matrice "mère" (donc extrème méfiance pour les collectionneurs). Mais l'aigle et la carte de la Laponie sont toujours présents. Cette plaque de bras a toutefois été portée effectivement et mentionné dans les Solbuch. Voir ce post très intéressant au sujet d'un groupe de photos et documents. Ici

Ärmelschild Lorient 1944

Créée afin de récompenser les troupes encerclées sur la base sous-marine de Lorient en 1944 du 10 août 1944 au 10 mai 1945. Cette plaque n'est pas officielle et a été conçue sur place. Elle est donc relativement brute et est constituée d'une plaque emboutie. Environ 24500 hommes seront faits prisonniers, diverses sources indiquent que cette plaque auraient été remises à environ 10/12000 hommes.

Ärmelschild Balkan 1944 - 1945

Cette plaque n'a jamais été validée par le haut commandement allemand et donc n'a jamais été produite en masse. Elle devait récompenser les troupes combattant contre les Russes et les partisans très nombreux dans ce secteur. La plaque présentée est donc une version supposée...

Voici un document daté de février 1945 récapitulant les plaques de bras référencées officiellement.

D'autres Ärmelschild auraient pu voir le jour mais ne restèrent que des prototypes ou des idées sur papier notamment : Budapest - Arnheim - Stalingrad - Dünkirchen - Memel.

retour sommaire uniformes-insignes