Le StuG.IV

Sturmgeschütz IV L/48 ou Sd.Kfz. 167

Constructeur : Krupp-Gruson

Type: canon d'assaut

Equipage: 4 hommes

Armement: un canon de 7,5 cm 40 L/48 (63 coups). Un MG. de 7.92 mm sur le toit (600 coups).

Blindage: minimum 30 mm maximum 80 mm.

Poids: 23 Tonnes

Pression au sol : 0,8 Kg/cm2

Puissance massique : 13,2 ch/tonne

Moteur: Maybach HL 120 TRM - 12 cylindres en V à essence, refroidi par eau, développant 300 ch a 3000 tr/mn

Performances: Vitesses (route) 38 Km/h (tous terrains) 24 Km/h. - Autonomies route/ tous terrains : 210/130 kms.

Obstacle vertical : 0.60 mètres ; pente : 30 %; coupure franche 2.30 m

Radio : FuG.15 ou FuG.16 ou les deux

Production : 1139 dont 31 convertis à partir châssis de Pz.IV dans les usines de Daimler-Benz (12/1943- 05/1945)

Temps de service : Dans l'armée allemande de 1944 à 1945.

Devant la recrudescence des bombardements alliés sur les usines de production allemandes et le sort des armes qui commencent sérieusement à basculer du mauvais côté, Hitler lors d'une première conférence datée du 19/22 août, veut que l'on adapte la superstructure du StuG.III sur le châssis du Panzer IV. Lors d'une nouvelle réunion le 7 décembre 1943, le projet est adopté définitivement (après modification des premiers prototypes).
En effet, ces deux éléments combinés donnent un canon d'assaut un châssis largement éprouvé par les campagnes et le canon de 7,5 cm embarqué à bord des Pz.IV et StuG.40 a fait depuis un moment ses preuves.

Il est donc décidé très rapidement de mettre en chantier ce nouvel automoteur, trente et un châssis de Pz.IV des usines Damiler-Benz sont détournés à ces fins à la fin du mois d'août 1943.
La superstructure toutefois n'est pas absolument identique à celle du StuG.III existante (celle des Ausf.F et F8 pour être plus précis), cette dernière est aménagée sur ces exemplaires. Le châssis du Pz.IV étant nettement plus long que celui du Panzer.III, rappelons qu'il possède huit galets de roulement. Le Pz.III n'en possède que six. Un grand panneau incliné en acier est monté sur l'avant du canon d'assaut, le pilote n'a à sa disposition qu'un bloc de vision dans ce panneau. Son poste est d'ailleurs beaucoup plus en avant que son homologue sur StuG.III. L'avant des deux côtés du compartiment de combat est rallongé vers l'avant afin de combler le nouvel espace créé. Seules les chenilles ne son pas standard à celles du Pz.IV, puisqu'elles ont 56 cm de large, ce qui est exceptionnel.

Ces premiers prototypes ne conviennent pas et surtout nécessite trop de travail pour adapter les deux ensembles. Il est donc décider de ne pas toucher au compartiment de combat du StuG.III existant et de seulement rajouter un gros bloc carré blindé à l'avant gauche du StuG.. Cet ajout est le poste de pilotage qui est muni sur son sommet de deux épiscopes. Les trappes d'accès à la transmision à l'avant sont donc de nouveau accessibles. Le canon d'assaut est désormais assemblés dans les usines de Krupp-Gruson.

Comme le StuG.III, le StuG.IV bénéficiera des améliorations ou simplifications amenées au châssis du Panzer IV. On peut citer la suppression d'un galet de retour sur les quatre existants. Ces galets sont désormais tout acier. La modification du pot d'échappement qui est remplacé par deux tubes verticaux. La superstructure est également améliorée, avec l'ajout d'un MG télécommandé de l'intérieur sur le toit (Rundumfeuer MG), ajout également du Nahverteidigungwaffe (permettant de tirer des grenades de nombreux types avec un lance-fusées). Cinq points d'ancrage pour une chèvre (petite grue) sont également ajoutés sur le toit du compartiment de combat.

Cet automoteur sera également équipé des Schurzen en acier doux mais également celle en grillage de type "Thoma". Notez que ne nous ne connaissons à l'heure actuelle aucune photo de StuG.IV avec ces protections. Il est également recouvert de pate Zimmerit. Le StuG.IV n'a été photograhié très souvent, vu son arrivée relativement tardive sur le front et le "peu" d'exemplaires asemblés.

Cet automoteur équipera notamment certaines SS-Pz.Gren.Div. (4, 16 et 17) et en grande majorité les Inf.Div. et Volks.Div. du Heer. Quelques Stu.Gesch.Brig. recevront cet automoteur (Stu.Gesch.Brig. 203, 232, 278, 300, 301 et la Stu.Gesch.Ers.und Ausb.Abt.400).


Une équipe de dépannage américaine récupère un StuG.IV. Celui-ci n'a plus de toit et son canon a été manisfestement saboté, vu l'inclinaison. Photo faite en Allemagne, unité ignorée (certainement une Pz.Jäg.Kp. d'une Inf.Div. ou Volks.Div.). Un diorama très intéressant pour les maquettistes !


Photo d'un StuG.IV détruit à Marigny en Normandie en juillet 1944, l'engin appartient à la Götz von Berlichingen.


Autre vue de ce même StuG.IV détruit, il fume encore...


Autre StuG.IV détruit en Allemagne.
Le MG télécommandé est toujours sur le toit, section de chenille sur l'avant du poste de pilotage afin d'en renforcer la protection.


Vers Types Panzer