La 33.SS-Grenadier-Division "CHARLEMAGNE"

PREAMBULE : pourquoi faire une page sur la Charlemagne ? tout simplement parce qu'on me le demande souvent. Pourquoi je n'en parlais pas ? Pour ma part c'est un sujet qui peut se révéler épineux, de part l'origine de cette Division (ses membres) et la nationalité qu'elle représente (la mienne !)

AVIS = Manifestement, vous êtes nombreux à visiter cette page ! Si jamais vous avez des documents, photos et que désirez les faire partager avec mes visiteurs, merci de me faire signe. Il va de soi que la plus grande discrétion sera observée (notamment sur les noms pouvant apparaitre), l'histoire ne s'efface pas comme celà... Il n'y a aucun risque de ma part, je sais : je n'ai que ma parole mais c'est la mienne et quand je la donne, je n'y déroge pas !!

Le 7 juillet 1941 est créée la Légion des Volontaires Français (L.V.F) association loi 1901. Le 18 juillet 1941, au vélodrome d'hiver a lieu la première manifestation de masse. Au début de décembre 41, sous les ordres du Colonel LABONNE le Régiment.638 de la Wehrmacht reçoit son baptême du feu à 50 kilomètres de la place rouge de Moscou.
Après l'hiver 42 le Rgt. est transféré à l'arrière et combat notamment contre les partisans.

En marge de cette formation, de nombreux français dont les jeunes du maréchal partent pour le N.S.K.K, ces unités se transformant peu à peu en unités combattantes. Ces hommes quittent petit à petit le N.S.K.K (surnommé Coin Coin !) pour s'engager dans la Waffen-SS (Le 28/1/45 on leur apprend que la 33. Div.Gren. va être formée, plus de 90 pour cent du personnel part immédiatement s'engager dans cette unité). Le 22 juillet 43 c'est officialisé, les Français peuvent s'engager directement dans la Waffen-SS. Ils sont formés à l'école de Sennheim en Alsace, 200 miliciens durant l'été 43 s'engagent, au printemps 44 formation de la Brigade Frankreich n°7. Le 1° Bton avec environ 1000 hommes à 3 Kien. plus une Truppe de Pak 7,5 cm arrivent les premiers en Pologne en août 44 et combat avec la 18.SS-Pz.Gren.Div. "Horst Wessel" en Poméranie.

Après les durs combats dans les Carpathes il reste environ 2/10° de l'effectif. Le 2° Bton. est formé à Scharnegast (Région de Dantzig), le 3° Bton. est formé à Sennteim. La Brigade devient Division SS Charlemagne, en juin 44 la L.V.F et ses 3 Bton. (ce qu'il en reste) défend l'autostrade Moscou Varsovie à Borisov, durs combats, de son côté la L.V.F explose en petits groupes qui retraitent en combattant vers Greifenberg. Le 20/7/44, attentat contre Hitler, Himmler veut récupérer tous les volontaires étrangers dans la Waffen-SS.
Le 10/9/44 annonce par l'Oberführer Edgard PUAUD de l'incorporation de la L.V.F au sein de la Brigade Frankreich. A cette occasion de nombreux soldats désertent et partent combattre seuls dans d'autres unités notamment la "Das Reich", la "Totenkopf" et la SS-Sturm-Brigade "Wallonie", pour certains c'est le camp de concentration. Puis direction le corridor de Dantzig à 2 Bton. à 4 Kien.. Des marins français de la Kriegsmarine rejoignent la Waffen-SS ainsi que mil miliciens. Tous les hommes se rejoignent au camp de Wildflecten et forment désormais les Inf.Bton.57 et 58 de la Waffen-SS, ce qui se fait avec beaucoup de difficultées ("Vieux" de la L.V.F - jeunes Waffen-SS - miliciens - matelots et hommes du N.S.K.K).

L'Oberfüuhrer E.PUAUD cède sa place au Brigadeführer et Generalmajor des Waffen-SS Gustav KRUKENBERG, ses adjoints au SS-Inf.Rgt.57 l'Haupsturmführer DE BOURMONT Victor et au SS.Inf.Rgt.58 le Sturmbannfüuhrer Emile RAYBAUD.

Le 17/2/45, embarquement de l'élément précurseur de la 33.SS-Division "Charlemagne" avec seulement sa Kompanie de Pak (12 canons en tout) direction la Poméranie, arrivée le 22/2/45 à Hammerstein entre Stettin et Dantzig. Dès les premiers engagements, les 1° et 2° Bton. du SS-Inf.Rgt.57 sont durement touchés. le SS-Inf.Rgt.58 est lui aussi accroché. La Division a été envoyée "au casse pipe" avec très peu de moyens lourds et aucun char. Puis retraite vers Neustettin le 26/2/45. Le 1/3/45 la Division est réorganisée avec deux Regimente et dirigée immédiatement à Korlin et est en place le 3/3/45 avec 4000 hommes, ils sont encerclés. A Redlin le Bton. Ferret avec KRUKENBERG perce vers Belgard.
Le Rgt. de PUAUD part ensuite avec du retard et se retrouve isolé au bord de la rivière pensante et est complètement détruit.
Un Bton. reste dans Korlin, il perce à travers les lignes russes mais disparait petit à petit en retraitant. (Bton. de Bassompierre). Le Bton. de Fenet perce en direction de Swinmund le 12/3/45, des rescapés rejoignent Kolberg où ils seront évacués par la Kriegsmarine. D'autres se retranchent dans la poche de Dantzig et seront évacués vers le Danemark le 1/4/45. Ils combattent avec la 4.SS-Pz.Gren.Div. "Polizei" et prennent le nom de Kampfgruppe "Martin" sur 500 hommes restent 100 hommes.

Le Bton. Fenet et le Kdeur. Krukenberg rejoignent Swinmund le 13/3/45.

On retrouve la 33.SS-Charlemagne à Carpin, on reforme 2 Bton. avec les restes des combats précédents environ 700 hommes, le SS-Inf.Rgt.57 est commandé par l'Hauptsturmführer Fenet et le SS-Inf.Rgt.58 par l'Obersturmführer Geromini.

Début avril 45, le Kdeur. rafraichit l'unité, proposition est faite à ceux que ne veulent plus combattre de partir dans une unité de terrassement. 400 décident de quitter la Waffen-SS, 700 restent, le Bton. de Pioniere sera dispersé après son départ le 27/4/45, vers la fin de la guerre, les hommes mettent des affaires civiles et se font passer pour des S.T.O (Service obligatoire) ou des anciens K.G (prisonniers de guerre).
Le SS-Inf.Rgt.57 est commandé par Fenet, le SS-Inf.Rgt.58 par l'Hauptsturmführer Jauss (sera relevé de son commandement peu de temps après). Durant la 2° quinzaine d'avril 45 la Division reçoit de nombreux fusils d'assaut (Sturmgewehr 44).

Le 23 avril ordre est donné de se rendre sur Berlin, 4 Kien., une Kampfschule (groupe des écoles), le Stab du SS-Inf.Rgt.57 et le Stab de la Division, soit environ 350 hommes. Le 25, ils sont dans Berlin. Le 26 mise en place avec l'aide de chars du SS-Pz.Rgt. "Hermann Von Salza" de la SS-Pz.Div. "Nordland". L'unité combat de façon morcelée notamment par section, et perd ses hommes petit à petit dans d'impitoyables combats de rues. Le 28/4/45 Eugène VAULOT après avoir détruit au Panzerfaust 8 chars russes est le premier français a être décoré du RitterKreuz (il est tué quelques jours plus tard). Le 2 mai tout est fini, seule une trentaine d'hommes captifs sortent de Berlin. 62 chars russes ont été détruits en combats rapprochés par les Français dans Berlin.

Marquages : Aucun - L'unité n'ayant eu aucun véhicule blindé.
Particularité de l'uniforme : un écusson bleu blanc rouge sur la manche gauche de leur vareuse au niveau du haut de l'avant bras.


Vers Index
©