Au tout début de la campagne Africaine, les hommes des unités blindées portent ; à leur arrivée sur le sol africain ; leurs tenues noires règlementaires.
Mais en raison de la chaleur du climat et celle vécue dans l'habitacle des chars, la tenue noire va vite disparaitre et être remplacée par une tenue tropicale nettement plus adaptée aux conditions climatiques.
Pour les personnels des blindés, la tenue n'a quasiment aucune différence avec celle des autres troupes du D.A.K.
Je vais donc faire une description de la tenue tropicale conçue en 1940 par l'institut tropicale de Hambourg.

La veste possède 5 boutons peints et à la même coupe que celle destinée aux troupes stationnées en Europe. Elle est en toile de coton de couleur vert/olive et porte les pattes d'épaule munies de la couleur (Waffenfarbe) d'arme règlementaire. Les attributs de grades (sur la manche), les Litzen et aigle de poitrine sont tissés en fil gris/bleu sur un fond de tissu de couleur jaune sable foncé.
A noter qu'une des caractéristiques de ces insignes, est que l'aigle tissé est cousu sur une partie de la poche de poitrine droite contrairement à celui de la veste standard continentale (qui est cousu au dessus de cette même poche). Une fois de plus les hommes ou plutôt les officiers se "démarquent", de nombreux officiers font coudre l'aigle de poitrine et les Litzen de la veste continentale voir carrément les Litzen noirs avec tête de mort des Panzertruppen !

Le pantalon est lui aussi de la même matière et teinte que la veste ainsi que le short et la culotte courte (kurze hose). Le règlement prévoit (en principe) le port du short ou de la culotte avec les bottes à lacets et le pantalon avec les brodequins et guétrons de toile, comme d'habitude ce règlement va être largement "interprété"...

La chemise tropicale est quand à elle le plus souvent portée (dans les blindés - on s'en serait douté - la chaleur est intense, qui n'a pas vu des photos de soldats du D.A.K faisant cuire leurs oeufs sur les tôles des véhicules. Cette chemise est de couleur sable mais également vert/olive et comporte deux poches plaquées sur la poitrine, pas d'aigle tissé mais des pattes d'épaule. En fait la seule différence que l'on peut trouver sur les vestes des membres des unités blindées (à part la couleur d'arme sur les pattes d'épaules) est le port des têtes de mort épinglées sur les revers du col.

Aux pieds des hommes, on trouve soit les fameuses hautes bottes à lacets (Schnurschaftstiefeln) soit les brodequins (Schnurschube) en cuir et toile, avec ceux ci les hommes portent directement les chaussettes avec le short ou la culotte ou les guètrons en toile par dessus le port du pantalon droit. Les bottes à lacets seront peu appréciées par la troupe.

Sur la tête, le calot noir restera un long moment sur le territoire africain et souvent toujours muni de la soutache rose des Panzer (bien qu'interdit).
Le port de la casquette (Tropenhelm) et du calot tropical est beaucoup plus fréquent. La casquette quand à elle se différencie de la casquette continentale, elle ne possède pas de rabat ni bouton sur le devant mais possède la soutache des blindés (le calot également). L'intérieur de ces deux effets est doublé d'un tissu rouge vif. Notons (une fois de plus) que les officiers et officiers généraux feront rajouter le galon d'argent ou d'or sur leurs casquettes tropicales (voir la casquette ci-dessous). Mais la coiffure la plus caractéristique du D.A.K est le casque colonial (au début du conflit) il est en liège et de couleur vert/olive et porte sur les côtés l'aigle et les couleurs nationales. Ce couvre-chef n'est d'aucune utilité au combat, par contre a une certaine efficacité contre le soleil. D'importants stocks de coiffures sud-africaine ont été capturés et ils seront utilisés jusqu'à épuisement. Elles ressemblent énormément aux casques allemands. (voir la photo en page galerie)

Enfin, tout ce qui est en cuir est en théorie banni, les ceinturons, brelages, portes fourreaux baionnettes et autres sont en toile de coton filée de couleur vert/olive. Le cuir moisissant rapidement avec la transpiration.

L'habillement que je viens de décrire va toutefois se modifier au fur et à mesure du conflit africain. En Tunisie la tenue aura changé quelque peu, en fait c'est surtout un panachage des effets africains et européens. On trouve beaucoup plus en fin de campagne de tenues Feldgrau ! Des effets comme les bottes à lacets, shorts, culottes et casque colonial auront totalement disparu et seront remplacés par des pulls et capote de couleur olive/marron car les nuits sont beaucoup plus fraiches.
Enfin dernier détail, la vareuse tropicale subira comme son homologue continentale un allègement, les poches watteau (plis) vont disparaitre vers la fin de 42.

Bande de bras : Cousue en bas de la manche droite, on trouve la bande Afrika.Korps puis la bande Afrika. (Ces bandes de bras font l'objet d'une étude à part)

Vers la galerie photos
Démonstration par la photo d'époque