L'UNIFORME FELDGRAU
DES PANZER DU HEER
OU FELDGRAU SONDERBEKLEIDUNG

Avant d'approcher ce complexe sujet il faut définir certains termes.

1/ Les équipements d'artillerie allemands autopropulsés sont de nombreuses sortes, ils incluent des blindés ouverts ou non et construits sur divers chassis de chars. Au sein de l'artillerie on trouve : Les StuG.Abt., renommées plus tard StuG.Brigade Abt. et plus tard Sturmartillerie-Brigade (Sturmgeschütz-Abteilung, Sturmgeschütz-Brigade; Sturmartillerie-Brigade) forment une branche d'arme à part.
Équipées de modèles divers de StuG.III, StuG.IV et StuH.42, elles sont destinées à intervenir comme unités d'appui au profit de l'infanterie notamment. Le manque récurent de Panzer en nombre, fait que les canons d'assaut prennent de plus en plus d'importance au sein des Wehrmacht.

Ces unités de canons d'assaut servent au sein (comme unité constituée) de plusieurs Pz.Divisionen (16, 24.Pz.Div. par exemple mais aussi dans les SS-Pz.Div. ("LSSAH", "Totenkopf", "Das Reich", etc...) et sont généralement la Pz.Abt. des Pz.Gren.Div. et SS-Pz.Gren.Div.. Elles forment également, à partir de 1943, une partie des Panzerjäger-Abt. (en théorie la 2./Pz.Jäg.Abt.) de nombreuses autres unités (Gebirgs.Div. - Volks-Gren.Div. - Inf.Div.).
En temps qu'unités indépendantes, elles sont plus généralement sous le commandement d'un Korps voir d'une Armee-Korps qui envoie ces unités en soutien d'une unité selon la nécessité du moment.

2/ Les canons d'assaut antichars de type - Panzerjäger, Jagdpanzer - n'étaient pas disponibles en nombre significatif jusqu'en 1941-1942. Il y avait une variété surprenante de types d'engins, beaucoup d'entre eux nés du mariage (grâce notamment au savoir faire du Major Becker) de matériel allemand et de pièces d'artillerie russes et françaises capturées et montées sur des chassis français, tchèques et allemands.

Les plus en vue étant les modèles du type Marder.I, II et III montés sur des châssis de Lorraine français ou de Pz.38 (t). On peut compter sur des modèles "pur jus" allemand, à savoir les Nashorn ou Jagdpanther.

Ces différents modèles de Panzerjäger chenillés ont été dès 1941 incorporés dans les Pz.Jäg.Abt indépendantes puis au cours des années de guerre dans les Pz.Div. et enfin dans les Pz.Gren.Div., Gebirgs.Div., Inf.Div., à l'intérieur des Panzerjäger Abt., ainsi que dans les Pz.Jäg.Abt. et s.Pz.Jäg.Abt. indépendantes au sein des Armee et Armee-Korps.

Les Art.Rgt. des Pz.Div. et Pz.Gren.Div. ont débuté la guerre en étant équipés de canons tractés, puis entre 1942-45 une grosse proportion de ces armes devinrent autopropulsées (en moyenne : 2 Abt. dans les Pz.Div.). Le Hummel et le Wespe équipèrent en nombre ces unités et eurent d'ailleurs une vie assez longue en leur sein.

L'UNIFORME :

L'uniforme de base est apparu après plusieurs essais, le 29 mai 1940. L'origine est la version "vert de gris" ou Feldgrau de l'uniforme noir des Panzer, y compris le béret. Les premiers modèles étaient montés avec un col vert foncé et des pattes de col appelées : Litzen. En définitive, les uniformes eurent leur col de la même teinte que le reste : Feldgrau.

Les pièces de col (Kragenpatten) avaient la même forme de celle des Panzer. La soutache était de la couleur du Waffenfarbe de l'artillerie : le rouge, avec (dans un premier temps) les Totenköpfe" en métal. Le col ne porte aucune tresse même pour les officiers. L'aigle de poitrine, pattes d'épaule et tous les autres insignes sont comme ceux de l'uniforme courant du Heer. Le béret (cf = galerie photos) possède des insignes gris ou argentés brodés sur un fond de drap vert foncé. Il est identique dans sa conception, à la version noire des Panzer.

Les photos de Sturmartilleristen avec le béret abondent pendant la période avant-guerre. Pendant les campagnes de France et des Balkans, cette coiffure est également portée. La Feldmütze Feldgrau devient de plus en plus présente. Après l'opération Barbarossa, le béret disparait.

Les pattes de col (Kragenpatten) portées par les unités de Sturmartillerie sont une source de grande confusion et les photos suggèrent peu d'uniformité entre ces unités.

En 1940, on ordonne le retrait des têtes de mort des pattes de col. Des photos de membres d'équipage durant l'invasion de la Russie montrent que quelques unités ne portent plus les têtes de mort et laisse un emplacement vide à l'intérieur des pattes de col, mais d'autres conservent unités la tête de mort jusqu'à la fin du conflit. Les Litzen (tresses) conventionnels des uniformes de service prennent alors en théorie la suite des Kragenpatten.

En mars 1943 les personnels des Panzer-Grenadier-Regiment portent les Litzen soit vert (Panzer-Grenadiere) sur leurs veste croisée. Ce qui prête souvent à confusion sur les clichés d'époque.

Dans quelques cas, des photos prises durant les deux dernières années de la guerre montrent quelques officiers et hommes d'unité de la Sturmartillerie portant l'uniforme noir des Panzer. Il s'agit la plupart du temps de personnel des écoles d'application, voir des personnels des Pz.Abt. armées de StuGe. dans les Pz.Div.. Dans le cas, des écoles voire plus rarement dans les StuG.Brig., la couleur de Waffenfarbe est bien entendu le rouge. Pour les personnels des Pz.Abt., la couleur de Waffenfarbe sera le rose, celle des Panzer.

Dans les unités de Panzerjäger la situation est tout aussi complexe, mais il semble que le règlement est été suivi plus ou moins à la lettre.

Il semble que les personnels de la première génération de Panzerjäger portaient l'uniforme noir avec la couleur de Waffenfarbe rose et la lettre 'P' sur les pattes d'épaule. Parfois, on trouve ce Waffenfarbe rose sur l'uniforme Feldgrau avec les mêmes attributs.

En février 1942, ordre est donné d'étendre le port de l'uniforme Feldgrau. Il devait conserver les têtes de mort avec les pattes de col à Waffenfarbe rose.

En mai 1943, l'uniforme Feldgrau à Litzen rouge remplace l'uniforme noir du personnel des unités d'artillerie sur Hummel, Wespe, il n'est donc plus possible de faire le distinguo entre un homme de la Sturmartillerie et un d'un Pz.Art.Rgt. ! La prolifération d'équipements de types divers dans les unités antichars cause des confusions, en mai 1944, de nouveaux règles apparaissent pour le port de la tenue.

En gros, on peut distinguer : les membres des unités de Panzerjäger au sein des Pz.Div., Pz.Gren.Div. et unités au sein des Armee-Korps portent l'uniforme noir, et se distinguent des hommes des régiments de blindés par la lettre "P" sur les pattes d'épaule.

Toutes les autres unités de Panzerjäger au sein des Armee-Korps, des Inf.Div., de Pz.Gren.Div;, et des Gebirgs-Div. portent l'uniforme Feldgrau avec les pattes de col noires, Waffenfarbe rose et la lettre "P".

La coiffure de ces unités est la même que celle du Heer jusqu'au milieu de 1943 et est alors progressivement remplacée par l'Einheitsfeldmütze Feldgrau.

Bref, un mélange complexe d'uniformes et d'insignes établi par les photos d'archives. En fait le conflit avançant et la situation militaire allemande se dégradant et virant le plus souvent plus à la défensive qu'à l'offensive, le rôle du canon d'assaut évolue. Il prouve sa capacité à maintes reprises à briser une attaque blindée ennemie, son rôle se commute petit à petit en chasseurs de chars plus qu'en soutien d'infanterie. De plus la production de ces automoteurs étant plus simple que celles des autres Panzer, le manque de blindés au sein des unités Panzer (au sens large) est compensé par l'arrivée massive de ces automoteurs.

La différence nominale entre le rôle des canons d'assaut et des canons automoteurs antichar est devenue pratiquement sans signification. Dans cette situation, la confusion sur les distinctions des uniformes n'est elle pas compréhensible ?

Vers la galerie photo (1 - 2)
Démonstration des tenues par la photo d'époque.